Сigarettes 

Témoignages

Les partenariats menés par Capgemini avec les universités, et notamment la co-construction d'une formation informatique correspondant aux besoins de l'entreprise.

 

Interview de Géraldine Plenier, Directrice Responsabilité Sociale et environnementale chez Capgemini France

 

 


Madame Plenier, pourriez-vous me présenter Capgemini en quelques mots ?


Capgemini est l’un des leaders mondiaux du conseil, des services informatiques et de l’infogérance. Nous proposons à nos clients des solutions et des prestations organisées autour de quatre métiers : Le conseil en stratégie et transformation, l’intégration de systèmes et applications informatiques, l’infogérance, et les services informatiques de proximité.
 


Quels sont les axes prioritaires de votre politique RSE ?


Notre ambition est de transformer nos convictions en actions. Pour cela nous avons défini trois axes prioritaires de notre politique RSE :

  • La promotion de la diversité dans l’entreprise.
  • L’accessibilité à l’éducation et plus généralement la promotion de l’égalité des chances pour un certain nombre de public. C’est le cas, notamment, des personnes en situation de handicap et des jeunes.
  • Le développement d’actions environnementales.
     


Au sein de Capgemini, qui a impulsé les partenariats avec les universités ?


Cela fait plusieurs années que Capgemini mène des actions en faveur de l’insertion professionnelle des étudiants universitaires (diffusion d’offres de stages, présentations des métiers de Capgemini aux étudiants, participation aux forums de recrutement dans les universités,…)
En 2009, à la suite du plan jeune du gouvernement, nous nous sommes engagés à recruter sur deux ans, 1000 jeunes en alternance.
Dans le cadre de cet engagement, nous avons défini plusieurs actions dont la création d’un diplôme universitaire en alternance avec l’Institut Galilée de Paris 13 Villetaneuse. Après 2 ans, 25 étudiants ont été embauchés en CDI. Aujourd’hui, nous travaillons au développement de cette formation avec deux autres universités, l’une en Ile-de-France et l’autre en région.

 


En quoi consiste cette formation ?


L’objectif est de former et d’intégrer des candidats de formation scientifique niveau bac +4/5, sans pré-requis en informatique, dans une société de conseil et de services informatiques. Le dispositif prend la forme d’un CDI, signé dès le 1er jour de formation, avec une action de professionnalisation d’une durée de 18 mois.
Pour ce qui est du recrutement des candidats, nous avons mis en place un sourcing varié : nous nous appuyons notamment sur l’université, Pôle Emploi, l’association Nos Quartiers ont des Talents et la mission handicap de Capgemini.



Quelles difficultés avez-vous rencontrées dans la mise en place de ce dispositif ?


La principale difficulté que nous rencontrons est d’identifier des candidats issus des filières scientifiques qui ont envie de s’engager dans l’informatique. Après avoir étudié par exemple la physique ou la chimie, les étudiants peuvent avoir du mal à se projeter dans une carrière dans l’informatique.
 

 

Quels sont les points forts de ce programme ?


Il nous permet de former et recruter des candidats extrêmement motivés et aussi de faire évoluer nos collaborations avec les universités. Grâce à cette formation, nous pouvons démontrer que l’université forme bien les jeunes, qu’ils sont motivés, que les universités comprennent les problématiques des entreprises, qu’elles sont capables de réagir vite et d’évoluer.

 

 

Comment ce programme peut-il être amélioré ?


Vous savez, ma devise c’est que l’on peut toujours s’améliorer.
Actuellement, avec Paris 13, nous menons une réflexion sur l’évolution du contenu pédagogique du DU « Systèmes d’information répartis ». Nous envisageons aussi de créer une nouvelle formation et d’intégrer des doctorants grâce au CIFRE.

 


Les 25 étudiants formés sont-ils toujours en poste ?


Comme je vous le disais tout à l’heure, le programme Galilée a permis le recrutement de 25 étudiants en CDI. Il y a en a un qui a quitté l’entreprise, et un autre dont la période d’essai n’a pas été renouvelée.

 


Sur l’ensemble de vos partenariats avec les universités, qu’est-ce qui freine leurs développements ?


Je pense que les freins au développement de partenariats sont liés aux problèmes de perception dans les entreprises et les universités. Il est aussi parfois difficile de trouver le bon point d’entrée dans les universités... La proximité générée par la création d’un diplôme universitaire permet de passer ces étapes.

 

 

Quels sont, pour vous, les avantages à mettre en place des partenariats ?

 

Je pense que les avantages sont multiples. Ils permettent à Capgemini de :

  • mieux identifier les formations adaptées à nos besoins,
  • comprendre les attentes des universités,
  • trouver les bons contacts au sein des universités pour développer des actions,
  • diversifier notre recrutement,
  • faire connaître nos métiers et nos enjeux de recrutement.

 

Quels collaborateurs participent aux actions ?


Les collaborateurs impliqués dans les actions sont principalement les équipes RH, (formation, Académie Capgemini, recrutement), mais également des managers qui viennent présenter nos métiers et les projets menés par Capgemini.

 


Quels conseils donneriez-vous aux étudiants de l’université ?


Bien sur, je leur conseille de bien préparer leur CV,  mais surtout leur entretien. Les entreprises recherchent certes des jeunes bien formés mais c’est l’attitude et la motivation qui priment lors de la rencontre.

Un bon niveau d’anglais est également très important.
Enfin, Je leur conseille aussi d’être curieux et de rencontrer le plus d’entreprises pour pouvoir se forger leur propre avis.

 

 

Pourquoi êtes-vous partenaire du programme Entreprises & Universités de l’IMS ?


Le groupe Capgemini est membre d’IMS depuis 2006 et c’est pour nous un partenaire essentiel dans le déploiement de nos engagements sociaux et sociétaux. Concrètement, en 2010-2011, nous  nous sommes impliqués dans deux actions de l'IMS : les Défis Mecenova et le programme Entreprises & Universités.
 


Pourquoi êtes-vous partie prenante du site internet Talents UniverCité ?


Le site Talents UniverCité nous permettra d’être plus présents dans les universités, d’attirer plus de talents universitaires et de communiquer sur nos métiers et notre entreprise.


 

Géraldine Plenier

Directrice Responsabilité Sociale et Environnementale de Capgemini France

Tous les témoignages